Rattraper un entretien d’embauche raté : mode d’emploi

Et oui, rater un entretien d’embauche, cela peut arriver à tout le monde, même aux meilleurs ! Mais rassurez-vous, ce n’est absolument pas la fin de l’histoire et cela ne remet pas en question la valeur de votre profil.

Si cela vous est arrivé, voici quelques conseils pour sauver les meubles, et peut-être rester dans la course.

1. Dites au recruteur ce que vous pensez vous-même de cet entretien

 Si votre impression de ratage est trop importante et que vous savez que vous n’allez pas être bien en sortant, jouez franc-jeu, et expliquez votre état d’esprit :

« Pour ma part, j’arrive en fin d’entretien avec un goût d’inachevé : Je pense ne pas avoir assez mis en valeur mon parcours sur tel ou tel point »

ou « cet entretien représente un enjeu fort pour moi, et je me suis laissé dépasser par mes émotions. J’aurais aimé mieux mettre en valeur tel ou tel point »,

ou encore « j’aimerais revenir sur cette question que vous m’avez posée, parce que je ne suis pas sûr d’avoir fait passer au mieux telle information ».

Vous pouvez aussi proposer au recruteur de lui envoyer un feed-back écrit sur les points abordés, en les complétant par ce que vous n’avez pas pu/osé dire.

2. Ecrire au recruteur après l’entretien d’embauche raté

Déjà, écrire au recruteur après un entretien pour le remercier est plutôt pro, et je vous assure que tous les candidats ne le font pas. On écrit à la personne qui nous a reçu pour le remercier du temps qu’il nous a accordé, et en cas d’entretien raté, pour lui partager notre impression. Donc on reprend le paragraphe précédent :

«Cet entretien me laisse une impression d’inachevé, car d’après moi je n’ai pas mis en avant toutes les informations qui pouvaient vous être utiles pour mieux me connaître, à savoir… »

Profitez-en, si vous le pouvez, pour enrichir votre courrier avec des pièces jointes qui vous rendront service en apportant/renforçant les preuves de la qualité de votre travail et/ou de votre profil : Des documents annexes, des liens, une lettre de recommandation, etc.

L’idée est de laisser une bonne impression, de réaffirmer votre motivation pour le poste, que la porte ne reste pas définitivement fermée, et que le contact reste maintenu, pour ce poste ou pour une opportunité ultérieure.

Et si vous avez vraiment raté cet entretien d’embauche. . .

Et si vous l’avez vraiment loupé, cet entretien, ben ça arrive!!

Trop de pression, trop d’enjeux parce que vous n’aviez pas passé d’entretien depuis longtemps ou parce que les indemnités Pôle Emploi se terminent, ou encore juste parce que vous étiez dans un mauvais jour. Cela ne remet pas en cause vos compétences ou votre identité professionnelle, ça veut juste dire que le jour J à l’instant T, vous n’avez pas eu les moyens d’optimiser cette épreuve. Et ça n’est est pas grave, vous aurez d’autres occasions de le faire. Prenez ça comme un brouillon pour le prochain.

Savoir pourquoi on a raté son entretien

En plus de demander du feed-back au recruteur, profitez de cette tentative « ratée » pour lister sur papier ce qui n’a pas marché à votre avis pendant cette entrevue, à savoir les questions qui vous ont piégé, vos points d’insatisfaction, vos lacunes dans la préparation.

Si votre plantage fait de vous le candidat challenger

Si vous pensez que votre entretien raté vous a fait manquer le poste alors qu’il ne restait plus que vous et un autre candidat sur la short list, recontactez aussi le recruteur en fin de période d’essai théorique du candidat recruté. J’ai déjà vu des recruteurs rappeler un challenger parce que le winner n’avait finalement pas fait l’affaire…

Et parfois, on fait des lapsus…

Je ne peux pas résister à vous raconter mon gros plantage à moi, qui me fait encore sourire aujourd’hui. Cette histoire remonte à ma vie d’avant, où j’avais moi-même dû passer un entretien d’embauche en anglais. Je devais bosser sur un cas d’entreprise, et ramener ma prise de notes au format papier au jury, devant lequel je devais ensuite soutenir le mini-projet. J’entre dans la salle, et quand je tends mes notes-papier au jury, au lieu de dire « Please take that sheet of paper », ou quelque chose comme ça qui dirait « voici mes notes », le stress m’a fait lâcher un phonétiquement moins correct [Take that shit]… Je vous laisse traduire. . .

Alors comment se préparer correctement pour ne pas se planter ?

Bien sûr, il existe des consultants comme moi qui peuvent vous faire « répéter » avant le jour J, mais je dirais que cet exercice n’est que la phase finale de d’une préparation nécessairement bien plus approfondie.

Tout se joue bien avant, à mon avis. Tout se joue dans la connaissance parfaite que vous avez de votre parcours, de vos compétences, de vos atouts. Et le fait que vous soyez ok avec ça.

Mais aussi de votre compréhension du poste, des enjeux de l’entreprise dans laquelle vous postulez.

Vous devez avoir suffisamment travaillé l’offre (ou fait les recherches qui vont bien si vous candidatez en mode spontané), pour que le recruteur ait l’impression que vous ne vous adressez qu’à lui. Pour que vous soyez crédible, et fiable. Qu’il ait envie de vous faire confiance, et que vous ayez confiance en vous.

Bérangère Touchemann – Spécialiste du coaching de carrière

J’aide les cadres qui ne supportent plus leur job “cage dorée”, à quitter leur boîte de manière safe, avec un plan concret et réjouissant pour la suite.

Retrouvez-moi sur mon blog, sur Facebook et sur Twitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*