3 raisons qui montrent que l’échec n’est pas une fatalité

It's crash!

Si vous êtes de ceux qui veulent tout, tout de suite et maintenant, vous aurez du mal à développer votre potentiel car développer son potentiel prend du temps. En effet, c’est progressivement, étape après étape que vous verrez dans le futur les récoltes des semences que vous plantez aujourd’hui dans votre vie.

Dans le processus de développement du potentiel, il vous arrivera parfois d’échouer… Ah l’échec, quel mot terrible et horrible ! Le rencontrer en chemin, c’est le cauchemar de presque tout le monde. Pourtant le succès et l’échec sont les deux faces d’une même pièce de monnaie. Si vous avez peur d’affronter l’échec, vous risquez de ne jamais rencontrer le succès.

Je veux partager avec vous 3 RAISONS QUI MONTRENT QUE L’ÉCHEC N’EST PAS UNE FATALITÉ.

1 – Toutes les personnes qui réussissent ont déjà connu au moins un échec 

Connaissez-vous l’histoire de Thomas Edison ? Et celle d’Abraham Lincoln alors ? Je vous invite à étudier leurs vies, vous verrez qu’ils ont connu bien des revers dans la vie avant d’être célèbres.

Dans un registre plus contemporain, vous connaissez sans doute Bernard Arnault le PDG du groupe LVMH. Malgré ses qualités hors pair de développeur d’entreprises, il n’a jamais réussi depuis plus de 18 ans à rendre le couturier Christian Lacroix profitable. Autre exemple, le serial entrepreneur britannique Sir Richard Branson qui n’est jamais parvenu à imposer le Virgin Cola dans les linéaires des grandes surfaces, face à la force de frappe de Coca-Cola.

Qu’on se le dise bien, on n’est pas obligé d’échouer pour réussir. Cependant, personne n’est à l’abri de l’échec. Un jour ou un autre, vous devrez l’affronter. Mais le véritable challenge après un échec, ce n’est pas l’échec en lui même. C’est plutôt la perception que vous en avez. En effet, cette perception détermine votre attitude et les actions que vous allez poser par la suite.

L’échec agit de 2 façons dans votre vie :

– Soit comme un « catalyseur motivateur » : vous ressentez à l’intérieur de vous un désir intense de recommencer pour relever le défi. Quand vous êtes dans cet état d’esprit, vous identifiez alors plus rapidement les causes de votre échec et définissez quelles nouvelles solutions mettre en œuvre pour aller de l’avant.

– Soit comme un « catalyseur paralysateur » : dans ce cas, vous ressentez une sorte de peur qui vous paralyse et vous empêche de recommencer demain là où vous avez échoué hier. Si vous adoptez cette attitude, vous allez construire des barrières qui risquent à la longue de vous faire douter de vos capacités.

Il est important de noter que ce n’est pas parce que vous avez échoué hier au point A qu’il en sera de même demain au point B. Apprenez à regarder ce que vous pouvez tirer de bon de vos échecs, prenez en note et mettez-le en pratique dans vos futurs projets.

Je vous invite à prendre quelques instants pour réfléchir face à vos échecs récents.

Sont-ils des catalyseurs motivateurs ou paralysateurs ?

2 – L’échec ne remet pas en question votre potentiel 

Ce n’est pas parce que vous avez échoué – peu importe le nombre de fois – dans un domaine donné, que vous allez définir votre vie comme un échec. Si vous pensez ainsi et si vous nourrissez cette pensée, vous allez alors attirer à vous les circonstances et les personnes en adéquation avec votre état d’esprit. Et vous continuerez à échouer. C’est le principe des pensées dominantes.

Plusieurs raisons peuvent expliquer un échec: le manque de préparation, le manque de confiance en soi, la peur de l’échec, la peur de la réussite, un environnement défavorable, un manque de discernement, etc.

Il est primordial de noter que chaque être humain est doté d’un potentiel formidable. Mais chacun d’entre nous a un domaine dans lequel il a plus de facilités à exceller. Il ne faut donc pas se comparer aux autres. Voilà pourquoi quelqu’un a dit un jour qu’on ne peut pas juger un poisson à sa capacité à grimper aux arbres, ni un écureuil à sa capacité à nager.

Si par exemple vous effectuez un investissement financier très important sans avoir pris le temps de bien évaluer les enjeux et les risques associés, vous pouvez échouer. De même, si vous ne prenez pas le temps de bien observer et discerner les personnes que vous laissez rentrer dans votre vie, vous pouvez connaître des échecs relationnels. Mais cela ne remet nullement en question vos dons, capacités ou compétences. Il s’agit simplement de fautes d’inattention et de manque de sagesse. Ne laissez donc pas un échec remettre en question votre potentiel, au contraire cherchez toujours à identifier la cause de l’échec.

Je vous invite à penser à vos échecs récents et à prendre du temps pour identifier les causes qui ont été à leur origine.

3- L’échec est une formidable opportunité pour recommencer et faire mieux 

Rien n’arrive par hasard. Tout s’explique.

Vous avez échoué à votre baccalauréat ? Vous n’avez pas réussi à construire une relation solide avec cette demoiselle que vous souhaitiez épouser ? Vous n’avez pas été un modèle d’intégrité alors que vous étiez une référence pour plusieurs personnes ? Vous pensez que tout est fini ? Non Non Non !!! C’est ici que les choses commencent réellement.

Comme point de départ, reconnaissez que vous avez échoué et que cela peut arriver à tout le monde. En effet, certaines personnes ont du mal à accepter un échec surtout lorsqu’elles ont toujours réussi ce qu’elles ont entrepris par le passé. Si vous êtes dans ce cas, vous serez alors touché dans votre égo. Mais la bonne nouvelle c’est que cela vous rendra plus humble.

Une fois que vous avez accepté votre échec, prenez maintenant du recul et identifiez les causes racines, ainsi que toutes les choses mal faites et que vous auriez pu faire autrement. Mesurez ensuite les écarts entre ce que vous auriez dû faire et ce que vous avez fait. Les écarts sont-ils significatifs ?

– Si oui, vous devez sûrement prendre le temps de mieux vous préparer et vous équiper avant de recommencer.

– Si non, voyez comment combler les écarts constatés en identifiant des actions à poser. Posez ces actions et vérifiez que les écarts sont comblés. Si tel est le cas, vous pouvez de nouveau vous lancer…Vous êtes en marche vers la réussite…

Pour que l’échec ne soit plus considéré comme une fatalité, il est de votre responsabilité de changer votre perception des situations en prenant du recul et en acceptant que vous allez devoir faire d’éventuels changements. C’est ainsi que vous expérimenterez les bénéfices de l’échec.

Je crois que vous avez été édifiés par cette réflexion sur 3 RAISONS QUI MONTRENT QUE L’ÉCHEC N’EST PAS UNE FATALITÉ. Prenez le temps de mettre en pratique dans votre vie ce que vous avez appris ici.

Auteur, Coach, Conférencier & Formateur, je suis le fondateur de JEMEDEVELOPPE.COM, votre plateforme francophone de développement personnel et professionnel. J’aide les hommes et les femmes à découvrir et développer leurs talents uniques et majeurs et à s’organiser efficacement pour se focaliser sur leurs passions, décupler leurs résultats et propulser leur vie vers de nouveaux sommets.

A propos Henri M. Missola 40 Articles
Auteur, Coach, Conférencier & Formateur, je suis le fondateur de JEMEDEVELOPPE.COM, votre plateforme francophone de développement personnel et professionnel. J’aide les hommes et les femmes à découvrir et développer leurs talents uniques et majeurs et à s’organiser efficacement pour se focaliser sur leurs passions, décupler leurs résultats et propulser leur vie vers de nouveaux sommets.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*